Une loi et quatre piliers  :

Le coaching d’équipe proposé par BRAIN BOOSTER repose sur une « loi » et quatre « piliers ».

"L'intelligence collective" de l'équipe

Emerge à nouveau une idée connue depuis longtemps, à savoir que le tout est quelque chose de plus que la somme des parties; ou, autrement dit, qu'un tout organisé, un système, produit ou favorise l'émergence d'un certain nombre de qualités nouvelles qui n'étaient pas présentes dans les parties séparées. Développer «l’intelligence collective d’une équipe» permet d’obtenir un résultat opérationnel, relationnel et organisationnel qui dépasse le potentiel de la somme de ses membres.

L'approche dite "hologrammique" ou le "reflet"

Le deuxième pilier fait référence au point de l'hologramme qui a cette étrange propriété de contenir toute l’information de l’image entière dans chacune de ses parties. Non seulement la partie est dans le tout mais le tout est dans la partie. Nous partirons de la même idée en ce qui concerne les équipes que nous accompagnons : à chaque moment nous est donnée toute l’information sur le système en question. De même, la totalité d’une problématique, d’une culture, d’un mode de fonctionnement d’une équipe ou d’une organisation est contenu et représenté dans une réunion d’équipe.

Le contexte … détermine la compréhension

Une connaissance, action, problématique n'est pertinente que dans la mesure où elle se situe dans un contexte. Par exemple, le mot, polysémique par nature, prend son sens une fois inséré dans le texte. Le texte lui même prend son sens dans son contexte. De même un événement n'est intelligible que si l'on peut le restituer dans des conditions historiques, sociologiques ou autres. Nous partirons de la même idée en ce qui concerne les équipes que nous accompagnons : toute action, événement et besoin doit être situé dans un ensemble organisé.

Le principe de la "Reliance" et la  "boucle récursive"

Le principe de « reliance » permet de rapprocher ce qui jusqu'à présent était conçu de façon disjointe et parfois répulsive. On « relie » les informations, les actions, les résultats grâce à la « boucle récursive ou autoproductive ». Par exemple, s’attendre à quelque chose, c’est s’y préparer et donc modifier son comportement actuel au nom de quelque chose qui ne s’est pas encore produit, mais à quoi on s’attend. La causalité représente désormais une spirale et n'est plus linéaire. Nous partirons de la même idée en ce qui concerne les équipes que nous accompagnons : une équipe est le produit des interactions entre les individus qui la composent. De cette équipe émerge des qualités comme le langage ou la culture qui rétroagissent sur ses actions et modes de fonctionnement et fait ainsi évoluer ses membres.